Web social

…Ressources illimitées…

Bilan de mon initiative personnel

J’ai choisi de partager ma passion pour un outil de présentation basé sur le zooming: Prezi. D’après moi, ce petit bijou n’obtient pas autant d’attention qu’il le mérite. Soit par crainte d’une haute complexité du produit ou soit par habitude d’utiliser leurs outils habituels, plusieurs personnes hésitent à l’essayer. C’est pourtant si convivial et facile à utiliser. J’ai donc tenté de contaminer mes pairs en pédagogie ou quiconque ayant besoin de faire une présentation.

Composantes de l’initiative

J’ai choisi https://sites.google.com/site/osezprezi/ pour héberger ma page principale. Mon choix s’est arrêté à cette option car il me semblait plus efficace d’y faire adhérer Google Analytics. Ce fut effectivement très conviviale comme expérience pour relier ces deux technologies. J’en profite dans mon résumé pour relater les pours et les contres des outils que j’ai utilisés. J’ose espérer que cela pourrait peut-être bénéficier à ceux qui liraient ces lignes.

J’ai ensuite tenté d’obtenir le maximum de visites sur cette page faisant office de point de ralliement pour cette initiative Web. Pour y arriver, j’ai utilisé ma présence personnelle en ligne pour attirer un maximum d’attention. Mes deux comptes de réseaux sociaux Facebook et Twitter ont été utilisés et les activités correspondantes sont énumérées dans la section suivante.

Activités

À l’aide de Google Reader, j’ai effectué la veille des liens suivis :

J’ai été exposée à environ 2000 articles que je n’ai bien sûr pas tous lus mais qui m’ont amenés à en apprendre beaucoup sur la communauté Prezi.

Nouveaux comptes Facebook suivis :

Nouveaux comptes Twitter suivis :

  • @prezi
  • @Prezi_Edu
  • @preziNL
  • @preziuniversity
  • @PreziSchool
  • @PreziMaster
  • @PreziTanD
  • @Tips4Prezi
  • @PreziWSU
  • @SyracusePrezi
  • @prezitips
  • @prezinews
  • @prezihelp
  • @VandyPrezi
  • @PreziUK
  • @ThePrezenter

J’ai aussi tenté de partager ma passion pour Prezi avec diverses interventions :

Après la dernière intervention nommée ci-haut, j’ai immédiatement remarqué l’ajout de la Hongrie (Budapest) comme la provenance d’un nouveau visiteur. J’ose espérer que cette visite provient de l’un des fondateurs de Prezi provenant de cette ville! Voici un lien vers ma page de ralliement qui prezifie très bien la vision des 3 fondateurs : Origine de Prezi

Statistiques de fréquentation de la page centrale

Les visiteurs provenaient de 7 pays différents:

Les référants qui se sont avérés les plus importants sont les suivants :

  1. Lorsque j’ai créé ma page de ralliement, c’est-à-dire mon site web hébergé à https://sites.google.com/site/osezprezi/, je l’ai tout de suite partagé sur Google +. Après la publication officielle du site, on m’a d’ailleurs offert de le partager à mes cercles sur Google +. J’étais plutôt peu convaincue de la popularité de ce réseau car c’était bien avant que je ne découvre une certaine présentation à ce sujet. J’ai tout de même obtenu 11 visites (dont 9 visiteurs différents) en 3 jours avec ce simple partage :
  2. Le deuxième référant et celui qui a été d’ailleurs le plus percutant dans son efficacité est l’envoi d’un message privé à 59 contacts Facebook. J’avais choisi les contacts en particulier pour m’assurer un minimum d’intérêt potentiel de leur part. Ce seul message a quand même généré 35 visites (dont 29 visiteurs différents) en 3 jours :Les tendances se sont avérés plus tranquilles par la suite et j’en tire donc la conclusion que de telles interventions doivent être fréquemment entreprises pour conserver une certaine popularité. Même si j’écrivais de nouveaux articles sur ma page Web de ralliement, je n’ai pas obtenu de trafic aussi important par la suite:

Facteurs inhérents à la visibilité

Je crois que le facteur principal qui a aidé à la visibilité de mon initiative est le public que j’ai tenté d’atteindre. J’évolue dans un milieu composé d’enseignants et de professionnels qui pourraient avoir besoin d’utiliser un tel outil éventuellement. J’ai donc privilégié l’envoi de messages à ces contacts en particulier.

Nuisance à la visibilité de mon initiative : la crainte que j’ai ressentie à vouloir obliger les gens à considérer Prezi comme un objet social digne d’intérêt. Je n’ai jamais douté du contraire mais je ne suis pas pour le marketing viral extrême (tel que la découverte du marketing entourant les vélos Bixi) et j’ai craint que mon initiative soit en quelque sorte perçue dans cette catégorie. Je me sentais donc un peu réticente malgré que je réalisais cette ‘publicité’ non pas dans un but lucratif mais plutôt dans un but expérientiel…

Laisser un commentaire »

L’information veut être libre et naviguer d’un cerveau à l’autre!

Le titre de ce billet est inspiré de ce que les programmeurs (ou hackers selon Castells) ont propagé comme idéologie lors de leur participation à la troisième de six cultures d’Internet répertoriés dans un certain article très intéressant. Leur idéologie repose sur l’importance de la liberté:

Leur valeur fondamentale est et reste la liberté. La liberté de créer, la liberté de s’approprier toute connaissance, de la remixer, de la diffuser sous toute forme et par tous les canaux. C’est la mouvance des logiciels libres. C’est aussi la coopération, ce qui est aujourd’hui appelé le « crowd sourcing« . Ce sont eux qui réclament : « information wants to be free« . Une phrase qui pourrait à certain égard représenter l’image de marque d’Internet.

L’éthique du hacker ne devrait d’ailleurs surtout pas être considéré comme étant orientée vers la destruction de systèmes informatiques. Le hacker est plutôt un « bricoleur d’idées », qui cherche à résoudre des problèmes efficacement. Il est prêt à aider les autres mais à certaines conditions énumérées dans cet article traitant des étapes préalables avant de le consulter.

Le hacker veut davantage partager ses connaissances afin de faire avancer la collectivité. Il croit en la liberté des logiciels et de toute information susceptible de trouver un esprit assez ouvert et proactif pour la mettre en application. L’une de ses motivations est non seulement de fournir une aide aux autres mais aussi d’aller assouvir une soif insatiable d’apprentissage et d’exploration. Tout un spécimen avide de connaissances, ce hacker!

Le hacker considère d’autant plus significatives les actions posées au cours de sa vie que d’autres facteurs tels que son niveau d’éducation, son niveau hiérarchique au travail, etc. L’expérience s’avère un incontournable qui permet de faire acquérir ce qu’il y a de plus précieux: apprendre en le faisant. Peter Norvig, directeur de recherche chez Google, a appliqué une théorie cognitive au contexte de la programmation dans cet article pertinent. Celui-ci démystifie très bien comment il croit qu’un programmeur doit être façonné avant d’atteindre un niveau expert. Un « sandbox » peut être très utile pour s’entraîner à ne pas faire d’erreurs… plus tard… en temps réel!

Laisser un commentaire »

Culture participative du Web

Selon Royal Pingdom, la population mondiale des internautes est passée de 1,15 à 2,27 milliards entre 2007 et 2012. Comme le mentionne un certain article de ZDNet.fr, cela a en quelque sorte doublé le nombre d’internautes en 5 ans. Ce qui est aussi intéressant à souligner est que de ces utilisateurs, la moitié (53,8%) proviennent de l’Asie.

Le nombre d’utilisateurs d’Internet ainsi répertoriés est phénoménale. Ce qui est encore plus impressionnant est la culture participative de ces utilisateurs du Web. Malgré ce nombre grandissant d’utilisateurs, ce n’est qu’un léger pourcentage de ceux-ci qui participent activement à la croissance du Web.

La règle du 1% est très bien expliqué dans un article cité en référence dans le module 7 du cours INF6107. En voici un bref aperçu grâce à deux figures triangulaires très révélatrices:

Cette première figure indique que seulement 1% participe activement, 10% participent occasionnellement et que 90% ne sont que des observateurs.

En effectuant une analyse plus poussée, on constate que ce sont les plus actifs (1%) qui construisent 90% du contenu propagé sur le Web! Le 10% restant est élaboré par les internautes qui participent occasionnellement (10%).

La culture de participation est donc constituée de 2 approches, soit la participative et la passive. Celles-ci peuvent être adoptées par la même personne, selon la situation dans laquelle elle se trouve.

Afin que le Web participatif s’approprie toute la portée positive qu’il peut rayonner, il faudra trouver une façon de motiver les 90% d’observateurs à prendre plaisir à s’impliquer davantage…

Laisser un commentaire »

La e-réputation

Il est dangereux de nos jours de ne pas se tenir à jour sur notre e-réputation. Il peut s’avérer catastrophique de ne pas se soucier de l’image qui circule de nous, sur Internet. Tout ce que nous laissons comme trace sur le Web appartient maintenant à quiconque détenant une connexion Internet. Il est parfois aussi très difficile de tenter d’effacer ce qui a déjà été propagé sur le Web. Cela peut engendrer une e-réputation néfaste à l’obtention potentielle d’un emploi intéressant ou tout simplement abîmer une réputation réelle.

La sensibilisation doit débuter dès un très jeune âge car l’accès à Internet est désormais monnaie courante. Quelque soit l’âge, l’ethnie ou la culture de la personne, un accès virtuel au monde entier est maintenant rendue très facile. Si le seul usage du Web effectué ne l’est que pour y réaliser des actions malveillantes ou insouciantes, il est fort possible que l’image projetée ne soit pas très positive.

Il est malheureux de constater qu’une majorité de jeunes… et moins jeunes conçoivent le Web comme une ‘confesse moderne’. Pourquoi se servir des médias sociaux comme d’un bureau de psychologue afin d’y exprimer ses hauts et ses bas? Pourquoi laver leur linge sale devant un auditoire  devant ils n’oseraient même pas s’entretenir de la même façon en personne? Je crois que ces actions sont posées pour une multitude de raisons mais en particulier pour assouvir un besoin primaire, soit celui de communiquer… dommage toutefois que la communication s’effectue à tout le monde et à personne simultanément…

1 Commentaire »