Web social

…Ressources illimitées…

Effet exponentiel des médias sociaux

Je trouve vraiment extraordinaire que le bouche à oreille « word mouth » ait désormais son équivalent sur Internet. Le « word mouse » est un procédé rendu possible grâce aux médias sociaux. Celui-ci se produit lorsqu’un message est propagé sur le Web, d’un individu vers un ou plusieurs autres individus…

Tout comme le bouche à oreille, ce procédé semble beaucoup plus efficace que certaines stratégies de marketing. Le fait que l’information contenue dans le message, provienne d’un particulier et non d’une autre entité, semble apporter confiance. Cela procurerait ensuite une envie irrésistible de le partager à nouveau vers un ou plusieurs autres individus…

Ce n’est pas pour rien que Facebook est rendu le plus populaire des réseaux sociaux. Plus de 850 millions de comptes y ont été activés et ce n’est pas terminé. Il est très facile d’y exercer le « word mouse » et d’atteindre d’un seul clic tout notre réseau. Chacun des membres de notre réseau peut ensuite atteindre chacun de leur réseau respectif. C’est en quelque sorte à ce moment qu’un effet exponentiel survient et peut atteindre un nombre phénoménal de souris potentiellement enclines à partager de nouveau l’information.

Il ne faut pas oublier que cet effet exponentiel renferme sa part de danger. Une identité numérique pourrait être salie en très peu de temps par la propagation d’information inappropriée ou sensible. La cyber-intimidation est aussi un fléau qui est accentué par cette facilité de transmission d’information à un grand nombre de personnes en très peu de temps.

Advertisements
Laisser un commentaire »

Imprimerie… Web… Web social…

Le Web social est une progression du Web…

Le Web est une progression de l’imprimerie… et on pourrait continuer longtemps cette succession de progression…

Lorsqu’on s’intéresse à ce sujet, que l’on fréquente des gens qui s’intéressent à ce sujet ou que l’on suit un cours à ce sujet, on a tendance à en parler de façon positive. Je suis dans les trois cas précédemment cités.

Par contre, je viens de terminer 3 cours intensifs en andragogie et j’ai aimé partager avec d’autres professeurs leurs perceptions du Web social. Plusieurs générations étaient alors présentes pour confronter ses idées à propos du Web et de sa sociabilité. On a pu déceler les différences majeures en terme d’ouverture aux idées intergénérationnelles telles que présentées dans un billet précédent. Mais peut-être pas exactement comme je m’y attendais…

Lors d’une discussion de groupe alimentée par les questions se trouvant à la fin d’une certaine présentation Prezi, chacun des étudiants du groupe a émis son opinion à propos des médias sociaux. Il fut intéressant de constater à quel point les avis étaient non seulement différents mais surprenants! Des gens plus âgés étaient d’accord à parler d’adaptation à une progression technologique nécessaire tandis qu’une personne dans la jeune vingtaine considérait tout ceci comme une mode très passagère…

Ce qui m’a le plus frappée fut le témoignage d’un baby-boomer qui sentait que les natifs (ceux qui sont nés à l’ère technologique) oublient, voire même excluent, complètement les immigrés (ceux qui ont tentés de s’adapter et doivent s’adapter encore).

Que d’évolution se fera encore probablement sentir… très bientôt…

Laisser un commentaire »

Est-ce nécessairement l’auteur d’un blogue qui a écrit le contenu de son blogue?

Suite à mon dernier article portant sur la popularité des blogues, j‘ai effectué une petite recherche. J’ai trouvé un autre article traitant d’une hausse de popularité du blogue dans certaines sphères d’intérêts. J’ai été ensuite bien surprise de constater que le contenu de cet article était quasiment identique au rapport de Technorati cité dans le site web du cours.

Quoique le contenu soit identique, aucune mention de Technorati citée nulle part en référence. Le blogue contenant cet article ’emprunté’ est d’ailleurs lui aussi porté à disparaître si on lit le sous-titre de celui-ci.

Cette découverte m’a porté à réfléchir sur un sujet si récurrent lorsqu’on discute des médias sociaux: la légitimité des informations. Peut-être peut-on se questionner sur la provenance des informations qui circulent sur le Web et même d’ailleurs sur les blogues. Chacun des articles qui y sont recensés sont-ils bel et bien écrits par les auteurs du blogue en question? Je ne crois que celui-ci est un splog tel que présenté dans le cours mais il semblerait tout de même que ce blogue contienne plusieurs liens menant vers un autre site appartenant au même propriétaire. Essaierait-il d’améliorer le positionnement du site dans Google?

Je crois qu’on aura la chance de se pencher davantage sur ce large aspect du Web social. J’ai aussi adoré naviguer, il y a quelques semaines, à travers le blogue d’une autre des étudiantes du cours qui s’est intéressée aux compétences informationnelles. Son blogue semble maintenant inatteignable mais on peux encore consulter le bilan de son initiative. Ce sujet est au coeur des préoccupations actuelles au niveau de l’accès illimité à l’information sur le Web.

Références:

Image tiré du site web de SINGH.  2012. « State of the blogosphere 2012 » Dans : (: HAPPY CODES 🙂. http://happycodes.blogspot.ca/2012/06/state-of-blogosphere-2012-introduction.html
(consulté le 26 juillet 2012).
Laisser un commentaire »

La popularité des blogues et des microblogues, une question de génération?

Ce billet est une réflexion en réponse au billet d’un autre étudiant du cours. Ce billet traite des raisons potentielles menant les gens à abandonner un blogue qu’ils auraient créé préalablement. Une étude y est présentée et celle-ci relate que ce sont davantage les jeunes, âgés entre 12 et 30 ans, qui ont délaissés les blogues. Une des raisons majeures de cet abandon est la priorisation d’un mode plus rapide de communication, soit le microbloguage.

Le microbloguage est aussi un outil de communication mais beaucoup plus bref que le blogue. Les personnes qui désirent y contribuer n’ont pas besoin de rédiger de longs billets mais doivent plutôt s’exprimer en peu de mots. Par exemple, le fameux Twitter restreint ses utilisateurs à émettre leur contribution en moins de 140 caractères.

Pour certains microblogues, les utilisateurs reçoivent, en temps réel, seulement les interventions d’autres utilisateurs auxquels ils se sont inscrits. Vu le caractère instantané du microblogue, à moitié chemin entre la messagerie instantanée et le blogue, les jeunes le préfèrent en regard de sa rapidité d’utilisation.

Une autre raison pour laquelle les jeunes des générations Y et Z s’y intéressent davantage est aussi associé à leur soif de communiquer en grande quantité et de façon rapide. J’ai découvert un article fort intéressant à propos des différences propres à chacune des cinq générations qui ont des chances de cohabiter présentement sur le marché du travail.

Il peut être intéressant de constater à quel point les différences marquantes (Tableau 1) peuvent influencer les préférences pour un moyen de communication ou un autre. Pour la génération des Vétérans, les courriels sont trop complexes pour oser s’y attarder tandis que pour la Génération Z, les courriels ne sont plus assez rapides pour les utiliser. On peux donc s’imaginer à quel point toutes ces générations devront relever des défis de taille pour réussir à travailler ensemble de façon agréable et efficace.

Tableau 1. Cinq générations devant cohabiter sur le marché du travail

Références:

Tableau 1. Tiré de Desjardins Sécurité financière.  2012. « Réussir à diriger toutes les générations au travail » Dans : Desjardins Assurance vie. http://www.desjardinsassurancevie.com/fr/evenements-vie/Documents/R%C3%A9ussir%20%C3%A0%20diriger%20toutes%20les%20g%C3%A9n%C3%A9rations.pdf
(consulté le 19 juillet 2012).
1 Commentaire »

Qu’est-ce que le blogue et pourquoi je n’ai jamais blogué…

Les blogues « constituent la technologie exemplaire du début du Web social » (Paquet, 2012). Dans certains cas, on pourrait le qualifier de journal personnel. L’auteur d’un blogue peut rédiger des billets (articles) à propos de sa vie personnelle ou s’intéresser à un sujet particulier. Les gens qui lisent les billets peuvent effectuer des commentaires auxquels l’auteur peut répondre.

Personnellement, c’est ma première expérience en tant que blogueuse. Je n’ai jamais osé m’impliquer dans l’alimentation d’un tel outil du Web social. Pour conserver une certaine popularité, le blogue doit être mis à jour fréquemment. Je savais donc pertinemment que le temps me manquerait pour rédiger un blogue de qualité.

Les divers billets contenus dans un blogue sont répertoriés par ordre chronologique inversé. Les lecteurs qui s’aventurent à lire un blogue sont donc conscients de la date exacte de parution de chacun des billets.

Voici des liens menant aux blogues d’autres étudiants de ce cours:

http://courswebsocial.blogspot.ca/

http://blogueinf6107.blogspot.ca/

http://pkuekem.wordpress.com/

http://teresa-biblioblogue.blogspot.ca/

http://social-gaming.tv/

Références:

Paquet, Sébastien et al.  2012. « Module 3 » Dans : INF6107 Le Web social. http://benhur.teluq.uquebec.ca/SPIP/inf6107/spip.php?article=15&rubrique=7
(consulté le 16 juillet 2012).
Laisser un commentaire »